La seule maladie véritable sur laquelle je suis régulièrement éligible désormais, c'est le rhume, et généralement aux équinoxes et très souvent suite à une exposition directe (contagion de telle ou telle personne proche).

J'ai déjà étudié le "comment" je tombe malade, le pourquoi (besoin de repos, "trop de", pause sociale, envie de guérir (wi wi), transition...), à chaque rhume que j'ai eu j'ai soigneusement étudié le processus y compris de guérison, j'ai fée des tests, et ça remonte à presque 3 ans d'observations, du moment je crois où mon ex-patronne m'avait balancé ses ondes négatives à la gueule et que j'avais ressenti le besoin de me détacher d'elle pour mon propre bien et que je m'étais provoquée... un rhume ^^. Parce que la maladie est TOUJOURS utile ^^, en fait.

Donc là, de quoi il s'agit ? Ma dernière exposition en date : je pense que quand tu mouches toi-même ta tatoueuse, on peut parler d'opportunité de contagion XD. Alors dès le début je m'étais formellement blindée mentalement face à sa maladie : c'est la sienne, j'en veux pas, j'en ai pas besoin. Mais étant en voyage je ne m'étais pas non plus blindée sur les autres plans comme j'en parlais dans mon article précédent sur le sujet : mojo bag, cure d'immunité... j'ai même pas pensé demander à mes anges gardiens de me préserver de cette contagion possible ahahaha, je suis un peu hautaine des fois, et je sous-estime quand, en fait, je m'en demande trop et que du coup j'ouvre grrrraaaand les bras à une opportunité de repos/guérison aka le RHUME ^^.

Ce qui fée que lorsque j'ai commencé à ressentir les premiers symptômes je me suis dit : hey merde, j'ai pas géré, j'ai pas sû esquiver. Echec de non-contagion >_< ! Ce qui m'a sauvé ? En fait, la dernière fois que j'ai eu un rhume (que j'avais chopé de mon père qui fée tout un cinéma lorsqu'il est malade et plonge à corps perdu dans sa maladie en se privant pas de diffuser un max ses microbes et ses bad vibes), j'avais "profité" du fait que les remèdes naturels étaient déjà prêts (mélange d'herbes) pour me soigner. SAUF QUE, au lieu de vivre ma maladie en mode "minimum"/"édulcorée" comme je l'avais vécu encore auparavant, bin cette fois je le ressentais un peu genre "awai tu fée pas confiance à ton propre corps pour se guérir et tu le blindes d'OFFICE de produits ? OKAY !" et donc je me suis demandée si le fait que je l'avais vécu "light" la dernière fois n'était pas tout simplement venu du fait que j'avais une psychée très pro-active/combattive et que mon énergie était très positivement concentrée sur ma guérison, guérison que j'amplifiais par tous les moyens possibles : énergétiques, angéliques, chimiques (tisanes), etc.

Sauf que cette fois-là, en faisant appel aux anges et aux plantes (mojo bag), j'ai eu comme l'impression qu'ils ne répondaient pas franchement à l'appel, cette fois. Comme si que... je devais me démerder toute seule ^^.

J'ai donc retenu cette leçon, et à l'occasion de ce début de contagion (qui date d'il y a 3 semaines, maintenant), j'y ai repensé.

Quand tu commences à avoir la gorge qui gratte et à te sentir vaseuse, y'a plusieurs options qui s'offrent à toi : déni (ça va passer, LOL, je répète : je mouchais ma tatoueuse XD), peur de tomber malade et d'être shlass, ou acceptation et commencer à lancer la machine à guérir.

J'ai très vite décidé que je n'avais pas peur et que j'allais tenter de me guérir bien au contraire par un amour et une confiance sans bornes vis à vis de mon corps (oui j'apprends mes leçons ^^). Que j'étais capable. Passé la période déni qui a été très courte, heureusement (car je sentais que sinon, la maladie risquait d'être trop avancée pour que je puisse essayer de la court-circuiter efficacement), j'ai systématiquement court-circuité les schémas de peur et d'appréhension par une sorte de volonté de fer accompagnée de beaucoup d'optimisme et d'amour : "et si... ?" NON, peu importe si ça arrive ou pas la farandole de mouchoirs, je vais mobiliser TOUTE mon énergie vitale MAINTENANT à guérir : okay j'ai chopé un truc, je suis tombée dans le piège, mais c'est pas une fatalité je peux dès maitenant ACTIVER mes forces de guérison, j'ai de la vitalité en moi, c'est le printemps, je DECIDE de guérir DES MAINTENANT (donc ne PAS attendre d'avoir "confirmation" que t'es tombée malade par le nez qui se la joue fontaine et le mal de crane pas possible, juste admettre le truc et prendre la maladie de vitesse ^^).

Bin ça a marché. J'aurais pu psychoter sur le fait que le processus de maladie en étant à... (ex : j'ai mal au front, c'est que le mucus est en train de se faire contaminer et de s'accumuler et gnagnagna), NOPE, tant pis, TOUTES MES FORCES et mon énergie à CONTRE-CARRER CA, BAM.

Parce que j'avais eu deux exemples parfait de personnes se la jouant "faibles" et ne faisant pas confiance à leur corps pour guérir et qui, au contraire, faisaient trainer leurs symptômes (notamment par de l'auto-médication aux comprimés pharmaceutiques à chier), bref, allaient dans le sens de la maladie, plutôt que dans celui de la guérison.

Du coup, pendant 2 jours j'ai pas eu tellement d'énergie pour autre chose MAIS... j'ai vaincu ce putain de rhume grandissant, yeepeeee !!! PAS de nez bouché ni de farandoles de mouchoir, PAS d'insomnie parce que je peux plus respirer, juste pas trop d'énergie et un léger mal de crâne et 0, je dis bien 0 produits ou autre accompagnement que 1) les anges/les esprits qui voulaient m'aider à guérir et 2) mon énergie et de la méditation pour être très claire sur son utilisation : GUERISON MASSIVE ^^ !!!

Voilà, je voulais vous partager cette expérience car eh bien c'est une réussite ^^, vous montrer que par le simple "pouvoir de l'esprit" (pas que mais dans une posture très dominante, mine de rien), la volonté, la confiance, l'amour et la foi... on peut prendre de vitesse ses symptômes et ne PAS descendre la pente de la maladie pour AU CONTRAIRE la remonter très rapidement ;).

 

Des bisous tout doux <3